Paysans un jour... paysans toujours !

list Dans: Évènement Sur:

Aussi étrange que cela puisse paraître, le métier de producteur de sel (saunier au sud de la Loire, paludier au nord de la Loire !) n’était pas considéré comme un métier
« agricole »
! Notre statut, hérité d'une tradition de polyculture, associait la saliculture avec les vignes, les pommes de terre (etc…) sur une même exploitation.

Marais salants de l'île de Ré

© 2019 - Michèle Jean-Bart

Tôt ou tard, ce statut pouvait être remis en question par les plus hautes instances européennes : d’une part, le sel relève du code minier ( !), d’autre part, la plupart des sauniers sont aujourd’hui soit « mono-actifs » (ils vivent exclusivement du sel) soit pluri-actifs (avec une autre activité non agricole)… autant d’arguments pouvant remettre en cause notre statut d'agriculteurs.

Car depuis longtemps, nous autres, sauniers, dépendons de la Mutuelle Sociale Agricole. Depuis longtemps, nous sommes vus comme des paysans de la mer. Depuis toujours, notre activité regorge de mots liés au monde agricole : Un tas de sel de forme allongé s’appelle une vache, la traite définit la récolte du Gros Sel sur l'ensemble des cristallisoirs du champ de marais… Nous roulons le sel, nous abattons le viau (nom local de la Fleur de sel)… nous conduisons des tracteurs !...

Depuis de nombreuses années, nous sommes regroupés en Association Française des Producteurs de Sel Marin récolté manuellement. Avec nos collègues des autres sites (Guérande, Noirmoutier…), nous nous sommes attelés à ce dossier : faire reconnaître notre métier comme agricole à part entière.

Sauniers de Coopérative des Sauniers de l'île de RéSalicornes de l'île de Ré

© 2019 - Michèle Jean-Bart

Après une longue bataille, dans laquelle chacun a trouvé son rôle (nos collègues de Guérande ont notamment effectué un énorme travail juridique sur le code rural !), et aussi grâce au soutien et la pugnacité de nos représentants politiques que nous avons pu convaincre du bien-fondé de notre démarche : le consensus a enfin pu être formalisé concrètement … par la loi n° 2019-469 du 20 mai 2019 pour la protection foncière des activités agricoles et des cultures marines en zone littorale !

Le Député Olivier Falorni en tête mais aussi le Sénateur Daniel Laurent, la Sénatrice Corine Imbert ou encore le Président de la Communauté de Communes de l'île de Ré, Lionel Quillet ainsi que les élus locaux de nos régions respectives (Pays de Loire, Vendée et Poitou-Charentes), … tous ont porté notre demande et défendu notre cause !

Marais salants de l'île de Ré

© 2019 - Michèle Jean-Bart

Nous pouvons donc souffler : notre métier reconnu comme agricole, nous pourrons prétendre aux indemnisations en cas de calamités agricoles (tempêtes), nous pourrons avoir accès aux aides agricoles au niveau européen (aides à l'installation des jeunes)… Mais ce statut nous permettra surtout de nous assurer de pouvoir faire vivre et rayonner notre Coopérative agricole à taille humaine, fleuron d'une économie sociale et solidaire qui nous ressemble !

Affaire à suivre…

Loïc Abisset,
Président de la Coopérative des sauniers de l’Île de Ré

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre

Nouveau compte S'inscrire